Accueil > Paul Lafargue > Le droit à la paresse de Paul Lafargue

Le droit à la paresse de Paul Lafargue

Paul lafargue, gendre de Karl Marx, se targuait de réunir en lui le sang de trois peuples opprimés (juif et caraïbe par sa mère, mulâtre par son père). Sa vie se confond avec la naissance du mouvement socialiste international. Pour lui le travail ne deviendra une passion utile à l’organisme social que lorsqu’il sera réglementé et limité à un maximum de trois heures par jour. Dans le Droit à la paresse, il rêvait de ne plus jamais plier l’échine ni de se prosterner devant la machine…

« Ô paresse, prends pitié de notre longue misère! Ô paresse,mère des arts et des nobles vertus, sois le baume des angoisses humaines! »

« Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis des siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l’amour du travail, la passion moribonde du travail, poussé jusqu’à l’épuisement des forces vitales de l’individu et de sa progéniture. »

« Dans la société capitaliste, le travail est la cause de toute dégénérescence intellectuelle, de toute déformation organique. Comparez le pur-sang des écuries de Rothschild, servi par une valetaille de bimanes, à la lourde brute des fermes normandes, qui laboure de la terre, chariote le fumier, engrange le moisson. »

« Les grecs de la grande époque n’avaient, eux aussi, que mépris pour le travail aux esclaves seuls il était permis de travailler. L’homme libre ne connaissait que les exercices corporels et les jeux de l’intelligence. »

« Notre époque est, dit-on, le siècle du travail; il est en effet le siècle de la douleur, de la misère et de la corruption. »

« Le bourgeois était un homme rangé, de mœurs raisonnables et paisibles; il se contentait de sa femme ou à peu près; il ne buvait qu’à sa soif et ne mangeait qu’à sa faim. Il laissait aux courtisans et aux courtisanes les nobles vertus de la vie débauchée. Aujourd’hui, il n’est fils de parvenu qui ne se croie tenu de développer la prostitution et de mercurialiser son corps pour donner un but au labeur que s’imposent les ouvriers des mines de mercure; il n’est bourgeois qui ne s’empiffre de chapons truffés et de Laffite navigué, pour encourager les éleveurs de la Flèche et les vignerons du Bordelais. A ce métier, l’organisme se délabre rapidement, les cheveux tombent, les dents se déchaussent, le tronc se déforme, le ventre s’entripaille, la respiration s’embarrasse; les mouvements s’alourdissent, les articulations s’ankylosent, les phalanges se nouent… »

« La nature, dit Platon, dans son utopie sociale, dans sa République modèle, la nature n’a fait ni coordonner, ni forgeron; de pareilles occupations dégradent les gens qui les exercent, vils mercenaires, misérables sans nom qui sont exclus par leur état même des droits politiques. Quant aux marchands accoutumés à mentir et à tromper, on ne les souffrira dans la cité que comme un mal nécessaire. »

« Paressons en toutes choses, hormis en aimant et en buvant, hormis en paressant. »

Publicités
  1. mai 1, 2010 à 11:22

    Merci pour cette chanson méconnue de Coluche et merci de raviver son souvenir. Certaines choses dans sa chanson son toujours d’actualité.

    La paresse, la paresse et publier un article le 1er, qu’est-ce donc ?

    ;-)

    • mai 1, 2010 à 1:38

      Hola oth67
      Tu as raison ses sketches n’ont pas pris une ride. Il est sûrement entrain de faire rire les anges…
      Concernant Lafargue, il a été la cheville ouvrière de la gréve »fusillade de Fourmis » du 1Mai 1891. »Le droit à la paresse » décrit avec ironie le décalage entre le discours des classes dirigeantes sur le travail et la réalité misérable vécu par les prolétaires où l’on condamne aux travaux forcés non seulement les hommes, mais les femmes et les enfants : « Nous avons introduit quelques moyens de distraction pour les enfants. Nous leur apprenons à chanter pendant le travail, à compter également en travaillant: cela les distrait et leur fait accepter avec courage ces douze heures de travail qui dont nécessaires pour leur procurer des moyens d’existence… »
      Bon 1er Mai à tous

  2. Ad
    mai 4, 2010 à 4:55

    Bon petit florilège de citations, accompagné d’une agréable chanson ! Limiter le travail à 3h par jour ? Je vote mille fois pour !!! Tous ensemble, rêvassons le monde de demain ! Et tant pis pour ceux qui ont peur de s’ennuyer ! Mais que deviendra notre pays ? On verra bien ! Faudrait parvenir à convaincre toute la planète de cette superbe idée. Pourquoi les rares bonnes idées de l’humanité tombent toujours à la trappe ?

    • mai 4, 2010 à 10:20

      Bienvenue Ad
      Convaincre c’est facile, le premier qui bouge paie une amende bien salée. A nous la sophrologie, la dignité et la liberté…proclamons le droit à la paresse! Que le coq nous avertisse en vain qu’il fait jour^^
      L’idée a été remise en surface dans  » De la servitude moderne »

      « Imagine all the people living life in peace and indolence »

      • Ad
        mai 5, 2010 à 7:42

        Merci pour ce lien, j’ai commencé à regarder, ça à l’air très intéressant, je l’ai téléchargé ! Ca change des documentaires écolos :-) ! Tu connais je suppose l’ouvrage auquel fait allusion le titre de la vidéo : Discours de la servitude volontaire, La Boétie (le pote à Montaigne). J’avoue, je l’ai pas lu, mais à lire le résumé wikipédia, assez développé, ça a l’air de parler des mêmes choses…
        Tout cela me fait penser à un norvégien (je crois) vu au JT qui se disait heureux de la réforme qui recule le passage à la retraite dans son pays ! au top ten des types heureux les plus effrayants !
        Bonne journée

      • mai 6, 2010 à 12:44

        On ne peut que rester admiratif devant le talent de La Boétie. Écrire un discours pareil au XVIe à 18 ans et qu’il soit toujours d’actualité…c’est remarquable! Il n’y aura bientôt plus de retraite quitte à se TUER à la tâche

  1. janvier 11, 2011 à 2:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :