Accueil > Edmond Rostand > Le retournement paradoxal façon Cyrano de Bergerac

Le retournement paradoxal façon Cyrano de Bergerac

Cyrano-de-BergeracCyrano de Bergerac, héros au grand nez et au coeur d’enfant, bretteur et poète, amoureux ingénu, est un personnage universel; c’est l’expression la plus accomplie du panache à la française. Panache que l’on retrouve dans le texte, brillant, coloré, lyrique, riche de formules et d’images d’Edmond Rostand. Héritier du Lorenzaccio de Musset, et Ruy Blas de Hugo, le Cyrano de Rostand, est attachant comme un personnage de Dumas, fataliste comme un héros de Vigny. Il apporte, en cette fin de siècle, un second souffle au romantisme, ébranlé par le réalisme en littérature, et le symbolisme en poésie.

 

 

« Le Vicomte: Personne? Attendez!… Je vais lui lancer un de ces traits!… Vous…vous avez un nez…heu…un nez…très grand.
Cyrano, gravement: Très.
Le Vicomte, riant: Ha!
Cyrano, imperturbable: C’est tout?
Le Vicomte: Mais…
Cyrano: Ah! non! c’est un peu court, jeune homme!
On pouvait dire…Oh Dieu!…bien des choses en sommes. En variant le ton, par exemple, tenez:
Agressif: Moi, monsieur, si j’avais un tel nez, il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse!
Amical: Mais il doit tremper dans votre tasse! Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap!
Descriptif: C’est un roc!…c’est un pic…c’est un cap! Que dis-je, c’est un cap? …C’est une péninsule!
Curieux: De quoi sert cette oblongue capsule? D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux?
Gracieux: Aimez-vous à ce point les oiseaux que paternellement vous vous préoccupâtes de tendre ce perchoir à leurs petites pattes?
Truculent: Ça, monsieur, lorsque vous pétunez, la vapeur du tabac vous sort-elle du nez sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée?
Prévenant: Gardez-vous, votre tête entraînée par ce poids, de tomber en avant sur le sol!
Tendre: Faites-lui faire un petit parasol de peur que sa couleur au soleil ne se fane!
Pédant: L’animal seul, monsieur, qu’Aristophane appelle Hippocampelephantacamélos dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os!
Cavalier: Quoi, l’ami, ce croc est à la mode? Pour prendre son chapeau, c’est vraiment très commode!
Emphatique: Aucun vent ne peut, nez magistral, t’enrhumer tout entier, excepté le mistral!
Dramatique: C’est la mer rouge quand il saigne!
Admiratif: Pour un parfumeur, quelle enseigne!
Lyrique! Est-ce une conque, êtes-vous un triton?
Naïf: Ce monument, quand le visite-t-on?
Respectueux: Souffrez, monsieur, qu’on vous salue; c’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue!
Campagnard: Hé, ardé! C’est-y un nez? Nanain! C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain!
Militaire: Pointez contre cavalerie!
Pratique: Voulez-vous le mettre en loterie? Assurément, monsieur, ce sera le gros lot!
Enfin, parodiant Pyrame en un sanglot: Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître à détruit l’harmonie! Il en rougit, le traître!
Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit si vous aviez un peu de lettres et d’esprit:
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres, vous n’en n’eûtes jamais un atome, et de lettres vous avez que les trois qui forment le mot: sot! Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut pour pouvoir là, devant ces nobles galeries, me servir toutes ces folles plaisanteries, que vous n’en eussiez pas articulé le quart de la moitié du commencement d’une, car je me les sers moi-même, avec assez de verve, mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.
Le Victome, suffoqué: Un hobereau qui…qui…n’a même pas de gants! Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses!
Cyrano: Moi, c’est moralement que j’ai mes élégances. Je ne m’attife pas ainsi qu’un freluquet, mais je suis plus soigné si je suis moins coquet; je ne sortirais pas avec, par négligence, un affront pas très bien lavé, la conscience jaune encor de sommeil dans le coin de son œil, un honneur chiffonné, des scrupules en deuil. Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise, empanaché d’indépendance et de franchise; ce n’est pas une taille avantageuse, c’est mon âme que je cambre ainsi qu’en un corset, et tout couvert d’exploits qu’en rubans je m’attache, retroussant mon esprit ainsi qu’une moustache, je fais, en traversant les groupes et les ronds, sonner les vérités comme des éperons. »

Cyrano De Bergerac [9782253005674] – 50,00Dhs : LivreMoi.ma, Votre Librairie au Maroc.

Publicités
  1. novembre 13, 2010 à 11:56

    merci !

  2. novembre 14, 2010 à 5:25

    J’étais jeune quand j’ai vu ce film « sérieux » !
    Je me suis toujours battu contre le français (la matière !) à l’école ! Ou l’inverse, je ne sais plus trop …

    J’ai un peu évolué depuis …

  3. novembre 19, 2010 à 9:57

    Quel texte magnifique !
    Mon père adorait et en connaissait des passages entiers par coeur.

  4. Yspaddaden
    novembre 20, 2010 à 10:01

    J’ai vu le film plusieurs fois, et c’est le seul rôle dans lequel je supporte Depardieu. Par contre, j’ai vu la pièce il y a trois semaines au théâtre : quelle performance ! 2h50 sans entracte, Cyrano toujours en scène, Depardieu peut aller se rhabiller, lui qui pouvait faire des pauses entre chaque réplique.
    C’est un texte formidable, qui sera d’actualité tant qu’il y aura des égoïstes, des lèche-culs et des profiteurs. C’est-à-dire tant qu’il y aura des hommes…

  1. décembre 30, 2010 à 1:37

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :